Paul MEILHAT accoste au port de Papeete, escorté par une haie d’honneur

     


A la Une
28/12/2016
75 vues

Paul MEILHAT accoste au port de Papeete, escorté par une haie d’honneur

Paul MEILHAT accoste au port de Papeete, escorté par une haie d’honneur

image_1_-_paul_meilhat.jpg

 

Ils étaient à l’œuvre dès l’aube pour accueillir Paul MEILHAT. Les amoureux de la voile et de la mer n’ont pas ménagé leurs efforts pour lui souhaiter la bienvenue en Polynésie ! Pirogues, voiliers, plaisanciers, marine nationale, remorqueur du Port, office du Tourisme, groupes de danse, … attendaient le skipper.

 

image_2_-_paul_meilhat.jpg

image_3_-_paul_meilhat.jpg

 

Classé troisième du Vendée Globe, Paul MEILHAT a dû abandonner la course à cause d’une avarie sur la quille de son voilier le 20 Décembre. Il est arrivé ce mercredi à Tahiti, après 53 jours de mer. Malgré sa déception de quitter la course, le skipper était très heureux de découvrir le fenua, et de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé à Papeete.

 

Dès le matin les premiers voiliers rejoignent le SMA au Sud-Ouest de Tahiti.

image_4_-_paul_meilhat.jpg

 

Une haie d’honneur l’attend à l’entrée de la rade de Papeete, menée par Trésors de Tahiti, Faafaite et les jets d’eau du remorqueur du Port autonome de Papeete.

image_6_-_paul_meilhat.jpg

image_7_-_paul_meilhat.jpg

 

image_8_-_paul_meilhat.jpg

 

Sur le quai de la marina de Papeete, le contre-amiral Denis Bertrand en personne est venu féliciter le navigateur.

image_9_-_paul_meilhat.jpg

 

Le monocoque accoste à 10 heures à la marina.

image_10_-_paul_meilhat.jpg

 

Un accueil polynésien, organisé par le GIE Tahiti Tourisme et le ministère, lui est réservé. Couronnes, danses et percussions Marquisiennes : rien n’est oublié.

image_11_-_paul_meilhat.jpg

image_12_-_paul_meilhat.jpg

image_13_-_paul_meilhat.jpg

 

Une centaine de personnes applaudit le skipper à son arrivée sur les quais.

image_14_-_paul_meilhat.jpg

 

Paul MEILHAT ne démâtera pas et ne rapatriera finalement pas son voilier par cargo. Les réparations se feront ici, au fenua, où il devrait rester au minimum une semaine.