Quel dock flottant pour demain?

0002-1-2015mppt076_001_084_1170

Ils réclament un dock flottant rénové, plus moderne, mieux adapté : les participants au dernier cluster maritime (vendredi 7 avril) considèrent que l’actuel, appartenant à la Marine nationale, ne correspond plus à leurs besoins. Si les discussions autour de ce projet durent depuis une dizaine d’années, les professionnels du secteur souhaitent accélérer les choses.

Des représentants des ministères de l’Équipement et du Tourisme, le Port autonome, des armateurs, des pilotes, et des agents maritimes ont assisté à une présentation de la société néerlandaise leader, Damen.

Pour Gérard Siu, le président du cluster interrogé par Radio 1 : « Pourquoi ne pas avoir deux docks modulaires qui pourraient monter des bateaux de taille différente? Des docks plus modernes, qui nécessitent moins de main d’oeuvre ».

Car chaque année, faute d’espace suffisant, nos trois plus gros navires doivent se rendre à l’étranger pendant 3 mois pour effectuer leurs carénages. Un manque à gagner conséquent à la fois pour les armateurs et pour le fenua.

Comment financer cet investissement? Le président du cluster maritime a son idée sur la question : « Les importateurs versent 1,25 % sur la valeur CAF des produits qui entrent sur le territoire. Une taxe destinée à la modernisation des installations portuaires. Plusieurs acteurs demandent que cette taxe soit utilisée pour moderniser le dock. C’est un ouvrage qui est nécessaire et qui sera rentabilisé ». 

Mais pour concrétiser ce projet, le cluster devra discuter avec l’État. Car la Marine nationale a investi plusieurs centaines de millions de francs dans la rénovation de son dock et le manque de place ne permet pas d’en accueillir deux.

| Commentaires fermés sur Quel dock flottant pour demain?

Commentaires non activés